Une fiscaliste met en garde les contribuables


-387118_ORIGINAL

Déclaration d’impôts

Le casse-tête des impôts bat son plein en cette période de l’année. Plusieurs contribuables se sentent assez compétents pour compléter eux-mêmes leur déclaration de revenus ou la confient en toute innocence au beau-frère, qui se dit doué pour les chiffres. Attention, lance une fiscaliste, puisque vous passez à côté de plusieurs centaines de dollars.

«Je me plais à dire que les gens jettent leur portefeuille à la poubelle. C’est un cauchemar, faire ses impôts. Si vous ne connaissez pas ça, demandez à quelqu’un qui s’y connaît ou à un professionnel», affirme France Bourgie, fiscaliste de Sainte-Julie, qui dit vouloir éduquer la population.

France Bourgie explique que les fiscalistes ont un rôle de conseiller puisqu’ils sont spécialistes des lois. Ils aident les particuliers et les entreprises dans leurs décisions et leur permettent d’aller chercher le maximum de crédits d’impôt auxquels ils ont droit. Un fiscaliste peut également assister et défendre les intérêts de ses clients en cas de contrôle fiscal.

«Les gens sont habitués à tout avoir tout de suite, alors ils ne prennent pas le temps de faire correctement leur impôt, croit-elle. Les gens ne connaissent pas tous les crédits d’impôts auxquels ils ont droit et oublient souvent des papiers importants.»

Erreurs fréquentes

Fiscaliste depuis 12 ans, France Bourgie souligne que plusieurs des erreurs qu’elle voit sont en lien avec les familles éclatées et reconstituées ainsi qu’avec le changement de statut familial. «Les lois fédérale et québécoise précisent dans le cas des conjoints de fait qu’une cessation de vie commune pendant au moins 90 jours consécutifs est nécessaire pour changer de statut familial.»

Il y a beaucoup de spécificités liées à ces cas, dont le crédit d’impôt de l’équivalent de conjoint ainsi que les frais de garde d’enfants. «Souvent, la personne du couple séparé qui gagne le plus cher croit pouvoir en bénéficier, à tort, alors que d’autres l’ignorent. Plusieurs personnes perdent ainsi des milliers de dollars puisqu’elles s’empêchent d’avoir accès à des crédits d’impôt auxquels elle auraient droit», explique Mme Bourgie.

D’autre part, les frais versés à des massothérapeutes ne sont pas admissibles tant au fédéral qu’au Québec. Des frais de scolarité des étudiants post-secondaires sont souvent oubliés depuis que les relevés ne sont plus envoyés par la poste.

Conseils pour trouver un professionnel

La fiscaliste conseille de bien choisir les professionnels qui feront la déclaration. «Il est important de s’assurer que la personne suit régulièrement des cours de mise à jour, propose-t-elle. S’assure-t-elle que vous lui avez donné tous les documents nécessaires? Vous pose-t-elle des questions sur votre situation? Certains de mes clients m’ont déjà affirmé que la personne qui avait fait leurs impôts ne leur avait même pas demandé s’ils avaient des enfants.»